Nouveaux médias et nouvelles pratiques d'écriture

Le texte comme tag de contenus multimédia

Un moteur de recherche renvoie des pages, des images, des vidéos, etc. pour lesquels la requête semble la plus pertinente possible. Dans la recherche d'images, le contenu d'intérêt est visuel – le texte n'intervient que comme un tag, un dénominateur commun à toutes les images renvoyées par le moteur.
La description verbale peut même disparaître dans certains processus de recherches : Google Chrome propose ainsi à l'internaute, non plus d'entrer une requête, mais de faire glisser une image dans la barre de recherche Google Images pour rechercher des contenus visuels.

Expérimentations

Taguer : Une collection d'images pourrait-elle caractériser un mot, une formule, une phrase ?
(voir, par ex., le dispositif web "The color of" de Kwok Pan Fung)
→ inverser le processus de Google Images : on entre une image et on récupère des mots / ou alors, à l'image des jeux de type Pictionary, on observe une collection d’images et on doit deviner un mot (jeu sur les synonymes, les associations, etc.)

La part du texte et de l’image

La culture visuelle se traduit par une prédominance de l’image dans les pages web. Au gris du texte imprimé se substitue une mosaïque de conteneurs, remplis de textes, d’images et de vidéos. Ces conteneurs apportent des informations à des niveaux très hétéroclites, parfois hiérarchisés, parfois sans rapport entre eux.

Expérimentations

Taire : Que devient le contenu multimédia sans le texte ? En filigrane, que raconte l’image sans le texte (et inversement) ?
→ À la manière de l’artiste canadien Robin Collyer, retirer les signes pour mieux les questionner (par ex. retirer le texte d’une page du Monde, d’une page web, d’une publicité, d’une copie d’écran, etc.). Inversement, que reste-t-il d’une page lorsqu’on l’a vidée de toutes ses images et que seul le texte subsiste ?

Retouches

Le texte, comme l’image, disposent chacun de techniques de retouche bien spécifiques. Le texte est un flux que l’on peut ponctionner et réassembler au gré des copier-coller. L’image est une grille de pixels que l’on peut manipuler par des techniques de découpage, de collage, de filtrage, etc. Les deux registres sont directement inspirés du domaine du livre (techniques d’imprimerie et de montage). Sur le fond, il s’agit de s’approprier / travestir / recomposer des contenus (question du lecteur-auteur – cf veille sur la lecture numérique).

Expérimentations

Galvauder : Peut-on transposer les techniques de retouche de l’image vers le texte, et inversement ? (référence : expérimentations de traitement d’images et de typos dans le livre Design Génératif)
→ traiter l’image comme un texte (chaque pixel est un caractère) et le texte comme une image (une mosaïque de pixels, sur laquelle on pourrait tester, entre autre, des effets, des anamorphoses, etc.)

Posté par jfgleyze

jfg